Mes interviews culinaires : Eric Delerue - Le Cerisier en ville

Publié le

Originaire de la région Hauts-de-France, Éric Delerue s’est rapidement tourné vers la cuisine par passion. Formé en école hôtelière à Lille, il a fait ses débuts chez Marc Meurin, aujourd’hui double chef étoilé à Busnes. En 1986, Eric se lance et crée son restaurant gastronomique “Le Cerisier” à Laventie. 16 plus tard, une récompense vient couronner des années de travail : une première étoile dans le guide Michelin en 2002. En 2013, il est également couronné du Gault & Millau d’or régional.

Après un an de fermeture, “Le Cerisier en Ville” a récemment ouvert dans la Capitale des Flandres : Lille. C’est dans son nouveau restaurant, lumineux, ouvert et moderne que nous retrouvons Eric Delerue pour cette interview.

image
Eric Delerue : Créateur de Le Cerisier en ville. Crédit Photo : Le Ch'ti

Votre principal défaut : Je n’ai pas beaucoup de pression, je positive beaucoup.

Votre principal trait de caractère : Le goût du risque.

Votre couleur préférée : le vert canard.

Votre série du moment : Je regarde Narcos depuis quelques temps.

Ce que vous détestez par-dessus tout : Les personnes qui n’ont pas de mémoire (ahah).

Votre occupation préférée : La cuisine.

Votre indispensable : Mon fouet.

  • image
  • image

 Quel est votre premier souvenir gourmand ? Mes parents et mes grands-parents savaient très bien cuisiner. Je me souviens de la poule au riz que faisait ma grand-mère avec les poulets de la ferme et les légumes du potager.

Pouvez-vous nous présenter Le Cerisier en ville ? Au nouveau Cerisier, nous avons deux restaurants : La Griotte et le Cerisier en Ville. La Griotte est une belle brasserie contemporaine où nous proposons des produits frais joliment présentés à des tarifs abordables. Le Cerisier en Ville est le restaurant gastronomique. Nous proposons des créations subtiles issues de produits un peu plus nobles. Nous cuisinons devant les clients grâce à notre cuisine ouverte. Nous avons une belle équipe et prenons plaisir à satisfaire nos clients.

Vous êtes plutôt invention ou reprise de recettes traditionnelles ? Je dirais les deux. Nous essayons d’être créatif sur des grands classiques. J’aimerais prochainement faire un clin d’oeil à la gastronomie locale avec des recettes traditionnelles de la région. Je voudrais en effet travailler, à ma façon bien sûr, le célèbre welsch.

Comment choisissez-vous vos produits ? J’ai un profond respect pour les agriculteurs et éleveurs de notre campagne. C’est pourquoi, il est important pour moi de travailler avec eux. C’est aussi un moment de rencontre et de partage.

Comment trouvez-vous l’inspiration ? En allant tout simplement faire le marché où je goûte une framboise puis un peu d’estragon et d’un coup ça explose en bouche et je me dis : “Et si on faisait un sorbet framboise-estragon?”.

Avez-vous un ingrédient que vous avez aimé travailler en particulier ? J’aime beaucoup travailler les produits issus de la mer ! Les poissons de caractère comme le turbot. J’aime aussi cuisiner les saint-jacques et le caviar. De manière générale, j’aime tout cuisiner, je suis gourmand.

Vous venez d’éditer votre livre « On ne voit pas deux fois le même cerisier », pouvez-vous nous en dire plus ? En effet, le livre est sorti à l’ouverture du “Cerisier en Ville”, au mois d’avril. J’y explique mon parcours, les personnes rencontrées durant ma carrière et des petites anecdotes. Vous pouvez également y trouver quelques recettes !

Vous avez une grande sélection de fromages, comment les choisissez-vous ? Les fromages sont à mis l’honneur dans une cave fermée où les gourmands sont invités à venir faire leur choix à la fin du repas. Nous travaillons avec la fromagerie Philippe Olivier. Nous avons donc une sélection de fromages 70% régionaux et le reste français.

Qu’est-ce qu’une bonne table pour vous ? C’est un lieu où l’on s’y sent bien. Un petit estaminet au fin fond des Flandres peut être une bonne table tout comme un trois étoiles Michelin. L’essentiel est d’être bien reçu et à l’aise.

Quels sont vos projets ? (En cuisine ou ailleurs) Nous venons de terminer un gros projet qui était la création du “Cerisier en Ville”, nous continuons tout doucement à roder la machine. Avec la fermeture du restaurant à Laventie, nous avons perdu notre étoile. J’espère donc la retrouver l’année prochaine.

Je tiens à remercier Eric Delerue et l'équipe du Cerisier en ville pour leur acceuil. Vous pouvez retrouver toute l’actualité du restaurant sur Facebook et Instagram !

Catégories :

Tags :